Rechercher

Anne-Cécile Sarfati, rédactrice en chef à ELLE, directrice de la diversification éditoriale

Read it in English on LinkedIn


Anne-Cécile Sarfati au forum ELLE Active, robe AML Paris

@annececile.sarfati


« C’est très important l´élégance car c’est une forme d’affirmation de soi.»


Lorsqu’elle me reçoit chez elle un samedi matin d’octobre, Anne-Cécile Sarfati est à la fois pimpante et cool dans sa combi-pantalon noire Carolina Ritzler. Elle s’enquiert de mon parcours professionnel de ces dernières années, de mes enfants, de mon mari, de mes rencontres, de comment j’aime mon café : car Anne-Cécile s’intéresse à toutes les facettes de la vie des femmes ! Elle est tellement sincère dans son engagement à soutenir leur désir de réussite.


Et c’est pour ça qu’elle a écrit plusieurs livres qui font référence, en matière d’éducation Petits tracas et gros soucis de 1 à 7 ans et de 8 à 12 ans, un livre de cuisine rapide à préparer en 15 minutes, en matière de développement professionnel Etre femme au travail, Femmes au pouvoir un recueil de témoignages de femmes d’exception, et qu’elle a lancé en 2011 les forums ELLE ACTIVE pour inciter les femmes à développer leurs talents. Si vous n’y êtes jamais allé, prenez quelques heures la prochaine fois qu’un de ces événements est organisé dans votre ville (Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux, Lille), car ils sont une mine d’or pour toutes et pour toute entreprise qui souhaite promouvoir une culture inclusive et diverse.


Personnalité sincère et engagée, femme d’une grande écoute active et bienveillante, côtoyer Anne-Cécile et être interviewée par elle est comme boire un élixir de confiance en soi. Par ses questions, elle contribue à changer notre regard et à déceler nos ressources cachées. J’ai eu cette chance, à mon tour aujourd’hui : c’est avec une grande gentillesse qu’Anne-Cécile distille son aura, sa fantaisie, son audace et sa sincérité.





Peux-tu nous raconter ton parcours en quelques mots ?


ANNE-CECILE

-

J’ai grandi à Paris dans un milieu assez traditionnel : j’ai vite souhaité être autonome. Mariée très jeune, j’ai quitté le foyer familial pour poursuivre des études de droit tout en travaillant dans un cabinet d’avocat. Ce milieu assez austère correspondait à ce que je recherchais à l’époque puis au fil des années je me suis intéressée au monde des médias sans oser sauter le pas. J’ai finalement tout quitté pour me réinventer dans la presse en commençant par un stage au Point, puis en tant que chef de rubrique à Biba et je suis entrée à ELLE. Cela fait plus de 20 ans et j’y suis maintenant Directrice de la Diversification Editoriale : mon job est de multiplier les canaux d’expression de ELLE France.





Se réinventer… c’est un process : comment es-tu entrée dans ces « nouveaux habits » de journaliste?


ANNE-CECILE

-

Je me suis toujours réinventée ! Il est extrêmement important pour tous de garder cette capacité à se regarder avec distance, et bienveillance et multiplier les rencontres dans la vraie vie permet de se réinventer.


Je me suis toujours réinventée ! Il est extrêmement important pour tous de garder cette capacité à se regarder avec distance, et bienveillance et multiplier les rencontres dans la vraie vie permet de se réinventer.

Le travail, le sens de l’effort, l’honnêteté intellectuelle sont des valeurs que j’ai intégrées très tôt et le milieu du droit, dans lequel j’ai commencé à travailler, y répondait. J’y ai également rencontré des personnes extraordinaires, dont ma meilleure amie, Delphine Brunet-Stoclet qui, elle, est toujours avocate. Une facette plus cachée de ma personnalité a commencé à s’exprimer : une forme de fantaisie, un goût pour la frivolité. Et puis j’ai eu la chance de croiser la route de Michèle Fitoussi, de Ruth Elkrieff puis de Valérie Toranian, Constance Benqué, Isabelle Maury et Veronique Philipponnat : Valérie, Constance, Isabelle et Véronique m’ont recrutée et promue, elles ont « fait » ma carrière, reconnaissance éternelle ! Michèle et Ruth m’ont donné l’audace de me réinventer dans un milieu que je pensais inaccessible. Reconnaissance éternelle aussi !


« Aider les femmes dans leur vie, dans toute son acception, voilà ma place. Que je réinvente en permanence. J’aime le mouvement.»

Au début, cela a été très difficile ! Je quittais un job bien payé, des collègues que j’appréciais, un statut prestigieux pour me confronter à une forme d’incompréhension de la part de mon entourage. Mais j’étais résolue à suivre mon ambition et l’expérience du milieu du droit m’a énormément aidée : je savais chercher l’information et l’organiser de manière logique. Il m’a fallu tenir, travailler dur pour permettre à ma capacité d’écoute et mon sens de l’engagement de s’exprimer : aider les femmes dans leur vie, dans toute son acception, voilà ma place. Que je réinvente en permanence. J’aime le mouvement.





Comment s'est construite ta manière de choisir tes vêtements ?


ANNE-CECILE

-

J’ai toujours aimé la mode et la force qu’une bonne tenue peut conférer. Ma mère était très douée de ses mains et elle me confectionnait des déguisements extraordinaires : je me souviens en particulier d’un costume de Cléopâtre en brocart rouge et or! J’imagine que cela a dû influencer mes goûts… A la fac, j’étais fascinée par le style d’une de mes profs : elle avait une belle allure avec ses jupes crayons, ses vestes bien coupées. Ce sont d’ailleurs deux incontournables de ma garde-robe, bon pas forcément ensemble car trop « boring ».


J’ai toujours aimé la mode et la force qu’une bonne tenue peut conférer.

En matière de style j’ai pris des risques, je me suis plantée, j’ai appris à me connaître, à savoir ce qui me va afin d’identifier mon style et construire mes looks. Au bout d’un moment on sait planquer nos points faibles et mettre en valeur nos points forts. J’ai mis longtemps à m’autoriser la couleur et aujourd’hui j’en joue avec bonheur. J’aime particulièrement les robes de la marque AML Paris avec ses imprimés magnifiques et qu’on ne voit pas sur tout le monde.


Quand je suis arrivée à ELLE, j’ai compris que le sujet de la mode était compliqué : comment traduire une mode artistique qui est là pour faire rêver la lectrice, pour l’inspirer - celle des magazines féminins - en une mode pratique et portable au bureau par exemple ou pour une date avec un amoureux ? Que veulent dire les tendances ? Par exemple, au début des années 2000 Hedi Slimane a associé baskets et costumes au défilé Dior: ça c’était vraiment disruptif ! Puis les magazines ont relayé et tout le monde s’y est mis.


Inspirer mais aussi guider les femmes, c’est l’objectif du ELLE Style Automne Hiver 2019-2020 que nous venons de publier : nous l’avons voulu comme la bible mode de la saison.

Inspirer mais aussi guider les femmes, c’est l’objectif du ELLE Style Automne Hiver 2019-2020 que nous venons de publier : nous l’avons voulu comme la bible mode de la saison. Personnellement, il m’aide énormément, comme j’espère il aide de nombreuses autres femmes !








Tu es très sportive, quel est ton rapport au corps ?


ANNE-CECILE

-

Mon rapport au corps est apaisé grâce au sport. Je suis très sportive pour plusieurs raisons : le sport permet de maintenir ma silhouette, il contribue à mon bien-être en dissipant les tensions et en m’aidant à déconnecter, il me permet de rester très gourmande parce que je refuse de me passer de ce que j’aime, c’est-à-dire TOUT ce qui fait grossir, sucré, comme salé ! Du coup je pratique entre trois quart d’heure et une heure de sport tous les jours ! Souvent avec des amies ou avec mon mari !




Pourquoi s’engager pour les femmes actives?


ANNE-CECILE

-

J’ai été confrontée assez jeune à l’échec dans mon entourage proche. L’échec peut permettre de rebondir mais il faut être aidé et accepter de l’être, être conscient de ses talents, travailler avec énergie pour les développer, entretenir son réseau.


L’échec peut permettre de rebondir mais il faut être aidé et accepter de l’être, être conscient de ses talents, travailler avec énergie pour les développer, entretenir son réseau.

Les femmes rencontrent plus d’obstacles que les hommes dans leur parcours professionnel, pourtant leur désir de réussite est tout aussi puissant et légitime. Soutenir ce désir : voilà l’objet des forums ELLE Active. Ils ont été pensés comme un magazine avec des sujets de fonds abordés en séance plénière et des ateliers plus pratiques : certaines initiatives relèvent du domaine sociétal, gouvernemental, culturel (application des lois, évolution des mentalités etc) et d’autres sont du ressort plus individuel : identifier ses forces, mobiliser son réseau, construire son marketing de soi.


Les femmes rencontrent plus d’obstacles que les hommes dans leur parcours professionnel, pourtant leur désir de réussite est tout aussi puissant et légitime. Soutenir ce désir : voilà l’objet des forums ELLE Active.






Aux forums ELLE ACTIVE tu as également lancé des ateliers de conseil en style, pourquoi?


ANNE-CECILE

-

Lors du forum ELLE Active à Paris en mars 2019, Christine Lagarde a déclaré qu’il faut pratiquer le « dress, address, redress » c'est à dire, "soigner son look, être percutante, prendre des décisions". S’habiller c’est se présenter au monde, montrer aux autres qu’on a intériorisé les codes d’un milieu : je pense comme elle que les vêtements sont un outil formidable pour faire résonner son message. Ils confèrent de la force, de l’énergie et donnent confiance.

C’est pourquoi nous proposons systématiquement des ateliers style pour apprendre à se constituer une garde-robe dynamique, tendance et adaptée à son univers professionnel. Ils connaissent un succès fou et sont plein à craquer ! C’est l’équipe mode de ELLE qui anime ces ateliers.


Christine Lagarde a déclaré qu’il faut pratiquer le « dress, address, redress » car s’habiller c’est se présenter au monde, montrer aux autres qu’on a intériorisé les codes d’un milieu : je pense comme elle que les vêtements sont un outil formidable pour faire résonner son message.

Anne-Cécile Sarfati, Christine Lagarde et Erin Doherty au Forum ELLE Active mars 2019




Faut-il se mettre des limites en style?


ANNE-CECILE

-

Il faut d’abord intérioriser les codes pour pouvoir en jouer en pleine conscience. Savoir ce qui nous va et prendre en compte le contexte. Et fixer ainsi ses limites ou non en étant conscient du message que l’on fait résonner.


J’ai mis longtemps à m’autoriser la couleur et aujourd’hui j’en joue avec bonheur.

Pour découvrir votre palette de couleurs, prenez rdv ici.




J’aime l’expression « multiplier les territoires d’expression » que tu emploies pour présenter ton rôle en tant que directrice de la diversification éditoriale.


ANNE-CECILE

-

Comme je le disais plus haut, se réinventer est essentiel car tous les métiers sont en train de se transformer! Cela demande une certaine dose d’adaptabilité, d’agilité, de souplesse et d’apprivoiser ses peurs. Quand on le fait on s’ouvre au monde qui vient et c’est extraordinaire. Il est très important de sortir de sa zone de confort : par exemple les femmes sont encore trop peu nombreuses dans les métiers de la technologie et elles doivent s’emparer de ces sujets, il faut comprendre la logique du code, investir de nouvelles filières pour se réinventer !



Anne-Cécile et ses 3 fils venus la soutenir au forum ELLE Active mars 2019






C’est important l’élégance ?


ANNE-CECILE

-

L’élégance est une forme d’affirmation de soi et ça c’est très important.


L’élégance est une forme d’affirmation de soi et ça c’est très important.




Qu'est-ce qu'un bon achat?


ANNE-CECILE

-

Une belle matière, une belle coupe et la perspective de durer. J’aime tout ce que fait Vanessa Seward. Sa dernière collaboration avec la redoute est top. Je viens de m’offrir deux vestes sur mesure chez Society Room : une belle veste permet de s’ancrer, de soigner sa posture. Elle donne une stature et permet de booster la confiance en soi lors d’un rendez-vous professionnel important.


Une belle veste donne une stature et permet de booster la confiance en soi lors d’un rendez-vous professionnel important.






Comment choisis tu ta tenue?


ANNE-CECILE

-

J’ai un style assez classique qui me vient de mon passé d’avocate. J’aime ajouter des touches de fantaisie qui viennent twister tout ça. J’adore la collection Celine AH2019-2020, et j’ai un vrai crush pour le style bourgeoise et le style disco : c’est mon côté « zaie zaie » ! En début de saison, je passe une soirée avec une amie à constituer mes tenues pour la saison, on appelle ça de « l’éditing de garde-robe» au journal. Je prends en photo ces looks et je les range dans un dossier « dressing » de l’application EVERNOTE. C’est ma solution quand je suis en panne d’inspiration le matin !


En début de saison je passe un peu de temps à constituer mes tenues pour la saison: je les prends en photo et je les range dans un dossier "dressing" : ma solution quand je suis en panne d'inspiration le matin!




Comment fais-tu durer tes vêtements ?


ANNE-CECILE

-

Je les transforme en faisant appel à l’application TILLI. Par exemple, j’ai fait rallonger une robe vintage dans un écossais marine et bordeaux trop courte pour cet hiver mais à l’imprimé très dans la tendance de cette saison.







Un dernier conseil très pratique ?


ANNE-CECILE

-

Quand je me lasse d’un vêtement ou que j’ai fait un mauvais achat, je passe chez Troc en Stock, rue Clauzel : le vêtement connaît une nouvelle vie, je désencombre mon vestiaire et je repars souvent avec une nouvelle pièce.





Merci Anne-Cécile pour cet entretien riche en conseils pour oser s’affirmer, dans toute l’acception du mot !

Propos recueillis par Sophie Ancely, Fondatrice et directrice générale de MyVestiaire